A travers ses sculptures, l'artiste imagine des alliances poétiques entre l'homme et la nature, pour continuer à vivre en harmonie.

De plus en plus, l’environnement se rappelle à l’homme, souvent de façon brutale… Changement climatique, disparition des espèces, baisse de leurs populations : le Parc naturel régional du Perche se saisit de toutes ces questions au sein de son programme d’actions. Il souhaite aussi sensibiliser le public au travers des expositions qu’il propose, comme celle des œuvres de Laurence Louisfert, à voir jusqu’au 30 septembre à la Maison du Parc.

« La Terre est comme un jardin habité, magnifique et fragile où tout se mélange et tout s'allie. Nous y sommes donc irrémédiablement liés au sort des espèces et de la biodiversité qui nous entourent. Mais dans ce monde au progrès galopant, notre avenir est en questionnement », explique Laurence Louisfert. « Mes sculptures sont les précurseurs d'un monde en mutation. Elles interrogent avec poésie notre rapport à l’occupation de la planète, et nous invitent à une nécessaire réflexion quant à notre propre devenir. »

Les sculptures en bronze, parfois mises en scène dans des photographies, racontent autant de « contes visionnaires des temps futurs ». L’artiste imagine ainsi des alliances salvatrices entre les espèces. « Mon œuvre, reflet de la puissance de la nature et de la magie du vivant, est en définitive un hymne à la vie et à cette nature avec laquelle notre humanité, se doit de continuer d'évoluer respectueusement et avec bon sens. Aussi ces sculptures nous invitent-elles à tisser, autrement, Les racines du futur. »

Pratique : Les racines du futur, œuvres de Laurence Louisfert, du 4 août au 30 septembre à la Maison du Parc à Nocé (61). Entrée gratuite tous les jours de 10h30 à 18h30 en juillet et jusqu’à 18h en septembre. Lancement en présence de l’artiste dimanche 5 août de 14h à 18h.