Un outil simple pour visualiser l'évolution du bocage percheron entre 1947 et nos jours

Grâce à son Système d'Information Géographique (SIG), le Parc fournit à ses communes adhérentes des cartographies sur mesure pour leurs projets et l'aide à la prise de décision (urbanisme, environnement...). Il développe aussi au travers de son Observatoire du territoire un ensemble de données cartographiques thématiques à destination des élus, des chercheurs et du grand public. Deux nouvelles applications en ligne permettent ainsi de mesurer l'évolution du bocage percheron de 1947 à nos jours.

D'un côté une photographie aérienne réalisée en 1947. Des petites parcelles constellées de pommiers maillent le paysage. De l'autre, une photographie récente. Les mailles se desserrent, montrant des parcelles plus vastes d'où les vergers ont disparu. "La disparition des vergers et le recul des haies sont des phénomènes bien connus dans le Perche mais cet outil permet non seulement de les mesurer mais aussi de les nuancer", explique Jonathan Allain, chargé de mission SIG au Parc. "On voit par exemple que dans certains secteurs, les parcelles ont été agrandies mais sans forcément faire disparaître les haies."

Aux bords des rivières, la haie a même fait un retour ces dernières années, tout comme dans certains secteurs de l'Orne. "C'est l'avantage de ces applications qui permettent une approche de sensibilisation grand public, mais aussi des approches techniques plus précises. Le bocage y est étudié dans toutes ses composantes, non seulement la haie mais aussi le verger", poursuit Jonathan Allain. Avec deux visualisations possibles : dans deux fenêtres montrant le même espace à deux époques différentes, ou bien dans une même fenêtre où un volet actionné horizontalement permet de faire varier l'époque pour une comparaison encore plus facile.

Cette localisation et quantification des éléments bocagers permet déjà de confronter le passé et le présent. Elle se conjuguera aussi au futur pour mesurer les actions du Parc, notamment dans le cadre de la révision de sa Charte, et les actions de ses partenaires sur le sujet. On sait par exemple que depuis une dizaine d'années, 200 kilomètres de haies ont été replantés par le Parc. Début 2018, un programme dans la CDC des hauts du Perche permettra la plantation d'une dizaine de kilomètres supplémentaires, qui s'ajoutent aux initiatives privées...

Ces applications ont pu voir le jour grâce à un partenariat entre les trois Parcs de l'ex-Basse-Normandie (Normandie-Maine, Marais du Cotentin et du Bessin, Perche) qui a donné naissance à une "Base de données Bocage" commune. Leurs données seront actualisées en continu puisque chaque fois qu'une communauté de communes instaure un Plan Local d'Urbanisme intercommunal (PLUi), le Parc met à jour les données de linéaires sur la base de visites de terrain avec les acteurs locaux.