Des arbres aux formes contraintes et aux frontières de l'abstraction.

Les trognes, ces arbres façonnés par l’homme et qui ponctuent nos paysages, inspirent l’artiste Mélanie Vallet. Leurs formes étranges, contraintes, dessinent sur ses toiles des lignes de force et des silhouettes aux frontières de l’abstraction. Mélanie Vallet présentera son travail à la tempera, au fusain ou encore à l’acrylique et pastel du 2 juin au 29 juillet à la Maison du Parc.

« Depuis quelques années, ma recherche plastique s’est tournée vers une observation du monde végétal », explique Mélanie Vallet. « Les trognes, ces arbres coupés, taillés, élagués, transformés par l’homme, m’ont fascinée. Ces silhouettes tordues n’appartiennent plus à l’architecture naturelle du végétal. Ils nous questionnent alors sur notre propre condition : notre vie n'est-elle pas façonnée par des événements extérieurs plus ou moins imposés qui vont à l'encontre de nos aspirations naturelles ? »

Son travail s’oriente doucement vers l’abstraction pour extraire l'essence même de l'arbre par son enveloppe corporelle. « Ils possèdent cette énergie que tout être vivant la possède. Cette force jaillissante transcende l'enveloppe extérieure, l'invisible apparaît. C’est de cette recherche qu'est née mon envie de voir sous la terre, les racines. La puissance de l'arbre, la vraie. L'arbre amputé parait faible et discipliné, mais qu'en est-t-il de sa partie cachée ? » Réponse à la Maison du Parc…

Pratique : Trognes, œuvres de Mélanie Vallet, du 2 juin au 29 juillet à la Maison du Parc à Nocé (61). Entrée gratuite tous les jours de 10h30 à 18h, et 18h30 en juillet. Présence de l’artiste dimanche 10 juin de 14h à 17h30 à l’occasion des Rendez-vous aux jardins (avec aussi la présence d’artisans).