Le dernier cèdre du Liban

Le dernier cèdre du Liban

Culturelle ,  Théâtre ,  Spectacle à Mortagne-au-Perche
À partir de :  15 Tarif plein
  • Voici une des pépites du Festival d’Avignon 2017. Nikola Carton s’empare du texte d’Aïda Asgharzadeh, également auteure de La main de Leïla accueillie récemment à la Snat61. Embarquement pour un tourbillon théâtral à couper le souffle ! Pour nous conter une intrigue romanesque sur la question des origines : un plateau quasiment nu, deux comédiens aux mille palettes et des changements de costumes à vue. Le dernier cèdre du Liban conte l’histoire d’une guerre entre Eva et sa mère Anna Duval,...
    Voici une des pépites du Festival d’Avignon 2017. Nikola Carton s’empare du texte d’Aïda Asgharzadeh, également auteure de La main de Leïla accueillie récemment à la Snat61. Embarquement pour un tourbillon théâtral à couper le souffle ! Pour nous conter une intrigue romanesque sur la question des origines : un plateau quasiment nu, deux comédiens aux mille palettes et des changements de costumes à vue. Le dernier cèdre du Liban conte l’histoire d’une guerre entre Eva et sa mère Anna Duval, figure inspirée de la photographe-journaliste au destin tragique Camille Lepage. À l’aube de ses 18 ans, Eva découvre que l’abandon de sa mère à sa naissance en 1988 n’est pas aussi simple que ce qu’elle pensait. À l’annonce de son décès, le notaire lui remet une boîte contenant quelques babioles, un dictaphone et des cassettes. Eva va faire connaissance avec sa mère, reporter de guerre, et remonter le fil de sa vie. Prise dans une course folle, sa mère lui parle de la guerre au Liban, de la chute du mur de Berlin… Grande et intime histoires se mêlent dans une ambiance cinématographique où s’enchaînent à tour de bras de courtes séquences. Dans la lignée du grand Michalik et à la manière du théâtre de tréteaux, Nikola Carton signe une mise en scène vive et redoutablement efficace. Les changements d’époque, de lieux, d’enjeux et de personnages s’exécutent dans de subtils glissements. Quelques bruitages, des ruptures de jeu, de lumières et nous voici baladés de Beyrouth à un aéroport, de Berlin à une chambre d’hôtel. La magie opère avec une simplicité confondante. Il suffit parfois d’un rien.
  • Tarifs
  • Tarif de base
    De 15 € à 25 €
Horaires
Horaires
  • Le 23 janvier 2021 à 20:00